Feugiat nulla facilisis at vero eros et curt accumsan et iusto odio dignissim qui blandit praesent luptatum zzril.
+ (123) 1800-453-1546
info@example.com

Related Posts

    Sorry, no posts matched your criteria.

Définition

Vous venez d’apprendre que vous avez une sclérose en plaques (SEP). Vous avez vaguement entendu parler de cette maladie mais vous ne savez pas très bien de quoi il s’agit. ‘‘Pourquoi moi ?’’ C’est souvent la première des questions posées par les nouveaux patients. Pour le moment, il n’y a pas de réponse à cette question. En revanche, l’état actuel des connaissances permet de répondre à beaucoup d’autres interrogations : quelles sont les causes de la maladie ? Quel est l’organe en jeu ? Quels sont les principaux symptômes ? Quels sont les traitements ? Tous ces points sont soulevés ici. Cette page vous aidera aussi à repérer une poussée et à détecter certains symptômes qui peuvent survenir au cours de la maladie.

Neurons

La SEP, une maladie du

système nerveux central

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie chronique qui atteint le système nerveux central (SNC). Ce dernier est constitué du cerveau et de la moelle épinière. Au niveau microscopique, le SNC est composé de cellules, appelées neurones, qui véhiculent l’influx nerveux. Ces neurones sont composés d’un corps cellulaire et d’un prolongement nommé axone. Les axones, qui ont pour but de conduire l’influx nerveux, sont entourés d’une gaine protectrice blanchâtre que l’on appelle la myéline. C’est pourquoi, les zones du SNC où l’on trouve de nombreux axones, entourés de myéline, constituent la substance blanche (alors que les zones du SNC où sont regroupés les corps cellulaires sont des zones de substance grise). Le rôle de la myéline est d’assurer la protection des neurones et la conduction rapide de l’influx nerveux afin que le cerveau puisse recevoir et traiter l’information le plus vite possible.

Ce qu'il faut retenir

“Sclérose”

signifie en médecine : durcissement des tissus. La SEP provoque un durcissement de certaines régions du cerveau et de la moelle épinière.

“Plaques”

parce que la maladie atteint le cerveau et la moelle épinière en plusieurs endroits en formant des zones brunâtres résultant de l’inflammation et des mécanismes de réparation.

Schémas - DEFINITION 1

L’attaque de la

myéline

Au cours de la SEP, la myéline est plus ou moins détruite. On parle de démyélinisation, aussi bien au niveau du cerveau que de la moelle épinière ; l’influx nerveux est ralenti, voire suspendu, et l’information n’est plus transmise normalement.

 

Une des caractéristiques de la sclérose en plaques est la ‘‘poussée’’. Cette poussée, ‘‘inflammatoire’’, est la conséquence d’une destruction plus ou moins importante de la myéline.

 

Elle se traduit, en quelques heures ou quelques jours, par l’apparition de symptômes comme, par exemple, des troubles visuels, la faiblesse d’un membre ou un engourdissement.

La plupart du temps, après une poussée et notamment au début de la maladie, l’inflammation disparaît et des mécanismes de réparation, la remyélinisation, se développent ; la conduction nerveuse est améliorée, voire redevient normale et les symptômes s’atténuent ou même disparaissent.

Aucun autre organe que le SNC n’est directement concerné par cette maladie.

Schémas - DEFINITION 2

La SEP en

quelques chiffres

En France, 100 000 personnes sont atteintes de SEP. La maladie survient dans 70 % des cas entre 20 ans et 40 ans, plus rarement avant 18 ans ou après 40 ans. Les femmes sont trois fois plus atteintes de SEP que les hommes.

 

Le nombre de personnes atteintes de SEP est plus élevé au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’Equateur. Ainsi, en France, on observe une plus grande fréquence de la maladie dans les régions Nord et Est que dans les régions Sud et Ouest.

Ce qu'il faut retenir

La SEP : une maladie héréditaire ?

La SEP n’est pas une maladie héréditaire. Elle se développe chez des sujets génétiquement prédisposés après exposition à un ou plusieurs facteurs environnementaux.

Quelle est l’origine

de cette maladie ?

La SEP est considérée comme une maladie auto-immune : cela signifie que le système de défense (système immunitaire), habituellement impliqué dans la lutte contre les agents étrangers (bactéries ou virus), “s’emballe” et se met à attaquer les propres éléments de l’organisme.

 

D’une manière générale, si les causes de la SEP ne sont pas encore très bien identifiées, on sait cependant que l’association de plusieurs facteurs génétiques et environnementaux tels que l’infection par le virus d’Epstein Barr, le tabagisme et le manque d’ensoleillement sont nécessaires pour déclencher cette maladie.